Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 12:56

.

http://pourquoipas.blogs.lalibre.be/archive/2008/07/22/les-mythes-flamands-1-14-18-la-chair-a-canon-flamande.html

.

14-18 Les soldats flamands chair à canon parce qu'ils ne comprenaient pas les ordres des officiers francophones.


Les Faits

Le récit de ces pauvres soldats flamands massivement, atrocement -mais surtout stupidement- tombés au cours de la première guerre mondiale parce que leurs officiers francophones et arrogants ne prenaient même pas la peine d'apprendre le néerlandais est très tenace.
Dans la famille flamande moyenne, ce récit fait aujourd'hui encore partie intégrale de l'imagerie consacrée.


Vrai ou Faux ?

Sophie De Schaepdrijver, historienne à l'Université de Pennsylvanie et auteur du livre « la grande guerre : le royaume Belgique dans la première guerre mondiale », appelle ce type de récit « un mythe purement externe » : « Externe dans le sens où ni dans les journaux des soldats flamands, ni dans les souvenirs qu'ils ont rapportés après la Grande guerre ce récit n'apparait. C'est une construction idéologique qui après la guerre, surtout à partir des années vingt, a été largement diffusée. L'origine précise est difficile à retrouver, mais elle apparait clairement a travers les appels à la revanche (Vlaams-nationalistische, BB/JV) Frontbeweging initiés progressivement après la guerre par les collaborateurs flamands. Le mythe avait été diffusé tellement largement que De Schaepdrijver y a encore cru elle-même, mais sa recherche détaillée n'en a trouvé aucune trace.


Selon ce même mythe, l'armée belge était composée pour 80 pour-cent de Flamands, ce qui a conduit certains à la conclusion revancharde de ce que les francophones ont dû fournir beaucoup moins de chair à canon. De Schaepdrijver nie formellement ce chiffre : « Il est difficile d'estimer le pourcentage précis – c'est en tout cas moins et je l'établirais prudemment à 65 pourcent de Flamands - mais pas 80 pourcent.
Ce récit des 80 pourcent de flamand a été repris par le gouvernement belge. Le Premier ministre pendant la guerre, de Broqueville, a été fier de ce chiffre : c'était un compliment aux Flamands et à la Belgique, car il montrait aussi combien l'Etat belge pouvait compter de loyauté même parmi les Flamands.


Qu'il n'y ait rien de réel dans ce mythe ressort encore plus du fait que tant avant que pendant la guerre beaucoup d'attention a été portée aux questions linguistiques dans l'armée, mais que l'on ne retrouve aucune trace de ce mythe dans les documents militaires : « Biensur la langue française était prédominante, mais les récits relatifs à de la malveillance systématique à l'égard du néerlandais doivent être sérieusement nuancés. On a plutôt fait des efforts systématiques pour remédier à ce genre de chose. Les discussions intenses au sujet des médecins militaires ignorant le Néerlandais ou du nombre excessif de bibliothèques militaires francophones ont bien été documentés.

Quant aux Flamands, abattus parce qu'ils n'avaient pas compris le français parlé par leurs officiers, il n'en est absolument pas fait mention.

En outre la question de savoir si plus d'officiers Néerlandophones aurait changé le cours des choses reste ouverte: « Le taux de mortalité dans l'armée belge a été plus bas que celui des armées unilingues. » 

Pour conclure, citons cet autre  mythe, celui des frères Van Raemdonck, morts en 1917. L'Histoire les a décrits entrant dans la mort enlacés, symbolisant la fraternité et la solidarité flamandes. Ils ont été inhumés dans les années 30 sous la tour de l'Yser, devenue depuis l'emblème du mouvement flamand.
Ils y reposent toujours, même si par la suite, l'un des deux s'est révélé être un caporal wallon..., ce dont on se garde bien d'informer les pélerins qui ont pris pour habitude de s'y réunir chaque année...

 

Précisions : le taux de mortalité a été de 1/50 dans l'armée belge et de 1/6 dans l'armée française...

Remarque : le mythe du patient flamand victime d'erreur médicale parce qu'incompris par des médecins francophones sévit toujours aujourd'hui à propos des soins prodigués dans les hôpitaux bruxellois.
Aucune étude du SPF Santé Publique n'a à ce jour montré un plus grand nombre d'erreurs médicales dans les hôpitaux bruxellois par rapport aux hôpitaux des deux autres régions...

Une des caractéristiques du mythe par rapport à une "simple" rumeur, c'est qu'il persiste dans le temps. Une autre caractéristique, c'est qu'il est réinterprèté dans les contextes sociétaux historiques : de la guerre 14-18 nous sommes à présent passés aux hopitaux bruxellois...

Partager cet article

Repost 0
Published by lpzpictures - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : lpzpictures sur overblog
  • lpzpictures sur overblog
  • : dans le futur, ce blog s'efforcera, au gré du temps et des opportunités qui s'offriront à leur concepteur, de vous tenir informés sur des sujets qui, espérons-le, retiendront votre attention tant, par la diversité des thèmes proposés, que dans la manière dont ils seront traités ou soumis à votre critique...
  • Contact

MERCI !

A vous, de passage...

Merci de vous êtes arrêté(s), le temps d'un instant, sur mon blog...

A voir : www.horizon14-18.eu !

Recherche

Pages

Catégories