Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 20:14

 

 

Impossible de se rendre à Belfast, sans s'imprégner de ce qui s'est passé dans certains quartiers, là où catholiques, protestants et forces de l'ordre se sont "cognés" dessus, comme à (London)Derry (Bloody Sunday : U2)...

Bref rappel socio-politico-historique...


L'Irlande du Nord, en anglais Northern Ireland et en gaélique irlandais Tuaisceart Éireann, est restée attachée à la Grande-Bretagne, après l'indépendance des comtés du Sud en 1921, et formant avec elle le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord...

L'Irlande du Nord est aussi communément appelée l'Ulster, car elle est issue du morcellement de l'ancienne province de l'Ulster dont elle comprend six des neuf comtés historiques. L'île de Rathlin et un chapelet de petites îles au large lui sont rattachés. Limitée, au Nord-Est, par le canal du Nord et, au Sud-Est, par la mer d'Irlande, l'Irlande du Nord est limitrophe, au Sud et à l'Ouest, de la république d'Irlande...

La capitale, Belfast, située sur la côte orientale, est la plus grande ville d'Irlande du Nord avec une population de 277 200 habitants. Elle concentre le tiers de la population et les quatre cinquièmes de l'équipement industriel du pays (chantiers navals, textile)...
Lisburn, dans la banlieue de Belfast, compte 108.694 habitants. Londonderry, au Nord, est la troisième ville du pays avec 105.066 habitants...

La plupart des habitants sont d'origine écossaise ou anglaise. Ils sont appelés communément Scot-irlandais. Les autres sont Irlandais de souche, natifs d'Ulster principalement. La seule langue officielle est l'anglais. À la différence de la république d'Irlande, l'Irlande du Nord n'encourage pas le parler gaélique...

L'Irlande du Nord est formée de six comtés de l'ancienne province d'Ulster (Antrim, Armagh, Derry, Down, Fermanagh, Tyrone). Le pays est divisé en vingt-six districts, chacun doté d'une Assemblée élue...

La population d'Irlande du Nord est majoritairement protestante. Toutefois, les catholiques (près de 30 % de la population totale du pays) constituent une très forte minorité. Ils sont surtout nombreux à proximité de la frontière avec la république d'Irlande et dans certains ghettos urbains de Belfast et de Londonderry. Les protestants représentent 60 % de la population, mais sont divisés en plusieurs communautés. La plus importante est celle des presbytériens (23 %). À la différence de l'Angleterre, il n'y a pas d'Église établie en Irlande du Nord. Les années 1970 et 1980 ont été le théâtre de violents conflits entre catholiques et protestants...

 

À l'origine, il n'y a pas de culture d'Irlande du Nord distincte de celle du reste de l'Irlande. Mais les vagues de colonisation anglaise et surtout écossaise, au cours du xviie siècle, ont fait se développer une identité culturelle propre à l'Ulster. La différence fondamentale entre les deux Irlande est la religion. Par ailleurs, l'Irlande du Nord est davantage urbanisée et industrialisée que la république d'Irlande. Des chantiers navals et une puissante industrie textile s'y sont implantés dès le xixe siècle, y fixant une population nombreuse...

L'Irlande du Nord partage, avec le reste de l'île, les gloires du passé. Le principal musée du pays se situe à Belfast. Il abrite une collection d'antiquités irlandaises...

Le Parti unioniste d'Ulster (Ulster Unionist Party, uup), favorable au maintien de l'union entre l'Irlande du Nord et le Royaume-Uni, dirige l'Irlande du Nord de 1921 à 1972. Dans les années 1970, les militants de droite du parti fondent le Parti démocratique unioniste (Democratic Unionist Party, dup) et les unionistes libéraux, le parti de l'Alliance (Alliance Party). Son principal adversaire politique est le Parti travailliste social-démocrate (Social Democratic and Labour Party, sdlp) et le Sinn Féin, parti des catholiques nationalistes...

Les catholiques nationalistes, hostiles à la partition depuis le premier jour, refusent de s'accommoder d'un régime politique qui fait d'eux des citoyens de seconde zone. Ils sont, en effet, l'objet d'une discrimination multiforme et systématique dans le domaine de l'emploi, du logement social et des droits civiques. En 1968, ils organisent une campagne en faveur de l'égalité des droits civiques. Celle-ci entraîne par contrecoup le réveil de l'extrémisme protestant, incarné par Ian Paisley, et la situation devient vite explosive. En 1969, les manifestations anticatholiques de l'ordre d'Orange dégénèrent en bagarres, puis en émeutes. À Londonderry, le ghetto catholique de Bogside se mue en camp retranché. À Belfast, cent cinquante maisons catholiques sont incendiées (six morts, trois cents blessés). L'armée britannique est envoyée pour soutenir la police locale débordée. Le gouvernement de Londres tente de promouvoir des réformes. Mais Ian Paisley est élu, et la militante catholique Bernadette Devlin, députée au Parlement de Londres, est arrêtée en juin 1970...

Cette arrestation, qui entraîne de nouveaux combats, a pour effet de renforcer l'état de guerre civile régnant dans le pays depuis juillet 1969. L'IRA, tout en assurant la protection des quartiers catholiques, commence à multiplier les actions terroristes, notamment contre l'armée britannique. En 1972, la Grande-Bretagne, supprimant l'autonomie de l'Irlande du Nord, impose un gouvernement direct. En décembre 1973, une conférence tripartite historique réunit les chefs des gouvernements anglais, irlandais et d'Irlande du Nord. Un accord de coopération est signé, destiné à favoriser la coopération économique entre l'Ulster et la république d'Irlande. La réaction protestante est particulièrement violente... Des extrémistes déclenchent une grève générale insurrectionnelle, obligeant le gouvernement d'Irlande du Nord à renoncer à toute action de rapprochement avec la République d'Irlande...

Dans les années qui suivent, les mesures de police (internements préventifs), l'action de l'armée britannique, les actes terroristes commis par l'IRA (assassinat de lord Mountbatten en 1979) et par les extrémistes protestants (attentat contre Bernadette Devlin en 1981) entretiennent la haine et la peur entre les deux communautés religieuses...

En 1981, l'IRA adopte une nouvelle tactique destinée à raviver les sympathies internationales envers la lutte des catholiques nord-irlandais. Les membres de l'IRA détenus dans les prisons anglaises entament une grève de la faim, objet d'une grande médiatisation. Chaque décès provoque un nouveau cycle de violence et la situation reste politiquement et militairement bloquée pendant encore plusieurs années. La conférence intergouvernementale de 1985 est accueillie comme un pas important vers une coopération transfrontalière sur la sécurité, les problèmes économiques et sociaux. L'accord anglo-irlandais laisse entrevoir la possibilité d'une paix future. Toutefois, les unionistes protestants et quelques nationalistes irlandais dénoncent l'accord...

 

De Belfast à Derry (Référence aux événements tragiques du dimanche 30 janvier 1972)...


"Sunday Bloody Sunday" - Album "War" du groupe irlandais U2, 1983

 

I can't believe the news today
I can't close my eyes and make it go away
How long, how long must we sing this song ?
How long ? Tonight we can be as one
Broken bottles under children's feet
Bodies strewn across a dead end street
But I won't heed the battle call
It puts my back up, puts my back up against the wall
Sunday, bloody Sunday
Sunday, bloody Sunday
And the battle's just begun
There's many lost, but tell me who has won ?
The trenches dug between our hearts
And mother's children, brothers, sisters torn apart
Sunday, bloody Sunday
Sunday, bloody Sunday
How long, how long must we sing this song ?
How long ? Tonight we can be as one
Tonight, tonight
Sunday, bloody Sunday
Sunday, bloody Sunday
Wipe the tears from your eyes
Wipe your tears away
Wipe your bloodshot eyes
Sunday, bloody Sunday
Sunday, bloody Sunday
And it's true we are immune
When fact is fiction and T.V. is reality
And today the millions cry
We eat and drink while tomorrow they die
The real battle just begun
To claim the victory Jesus won
On a Sunday, bloody Sunday
Sunday, bloody Sunday...

 

Traduction...

 

"Dimanche, Dimanche Sanglant"


Je ne peux pas croire les informations aujourd’hui
Je ne peux même pas fermer les yeux et faire disparaître tout ça
Combien de temps, combien de temps devons-nous chanter cette chanson ?
Combien de temps ? Ce soir, nous pouvons être unis
Des bouteilles brisées sous des pieds d'enfants
Des corps qui jonchent une rue sans issue
Mais je n’écouterai pas le cri de guerre
Il me met dos au mur, dos au mur
Dimanche, dimanche sanglant
Dimanche, dimanche sanglant
Et la bataille vient de commencer
Beaucoup sont perdus, mais dites-moi qui a gagné ?
Des tranchées sont creusées dans nos cœurs
Et des mères, des frères et des sœurs déchirés
Dimanche, dimanche sanglant
Dimanche, dimanche sanglant
Combien de temps, combien de temps devrons nous chanter cette chanson ?
Combien de temps ? Ce soir, nous pouvons être unis
Ce soir, ce soir
Dimanche, dimanche sanglant
Dimanche, dimanche sanglant
Sèche tes larmes
Essuie tes larmes
Essuie tes yeux injectés de sang
Dimanche, dimanche sanglant
Dimanche, dimanche sanglant
Et c'est vrai que nous sommes immunisés
Quand les faits sont de la fiction et la télé, réalité
Et aujourd'hui des millions de gens pleurent
Nous mangeons et nous buvons tandis que demain ils mourront
La vraie bataille vient de commencer
Pour clamer la victoire remportée par Jésus
Un dimanche, un dimanche sanglant
Dimanche, dimanche sanglant.

 

http://www.youtube.com/watch?v=JFM7Ty1EEvs

 

Copyright Luc Pottiez . com

Repost 0
Published by lpzpictures - dans Social
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 20:12

 

Knowth est situé dans le comté de Meath, à 1 km au Nord-Ouest de Newgrange et à 2 km à l'Ouest de Dowth.

L'activité humaine s'est prolongée sur place jusqu'au Néolithique et à l'Âge du bronze.

L'endroit fut fouillé une première fois en 1941. Il fallut toutefois attendre 1962 pour que des recherches, à grande échelle, y soient entreprises.

 

Une des nombreuses gravures sur pierre bordant le tumulus

 

L'ensemble archéologique de la vallée de la Boyne est un site qui regroupe une quarantaine de monuments funéraires de l'époque néolithique. C'est le plus grand ensemble de monuments de cette période en Europe. Les trois principaux tumulus sont ceux de Newgrange, de Knowth et de Dowth. Ils sont anciens de plus de 5 000 ans. Ces constructions mégalithiques sont antérieures aux pyramides d'Egypte et à Stonehedge (UK). Le site de Knowth est formé d'une grande tombe (restaurée et consolidée), cerclée de 127 pierres de parement dont certaines sont gravées, manquantes ou abîmées. L'ensemble est entouré par 17 tombes "satellites" plus petites. L'endroit est visitable en y accédant par la route et par bus (transport organisé par l'exploitant du site), à partir du centre d'accueil, "Brú na Bóinne Visitor Centre", situé à quelques kilomètres de là, à Donore...

 

Les représentants de la presse internationale sont particulièrement les bienvenus sur le site.  

 

Guide sur place

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by lpzpictures - dans Tourisme
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 20:09
 

Cushendun signifie «pied du Dun».
Ce mouillage sûr et protégé, à l'embouchure de la rivière Dun, fut un lieu de débarquement et de transport par transbordeur, entre l'Ecosse et l'Irlande, depuis que l'homme s'installe sur la côte Nord de l'Irlande.
Ce village pittoresque est situé sur une plage à la sortie des vallées glaciaires de Glendun et de Glencorp. Le bourg, tel qu'il s'offre à nous aujourd'hui, doit beaucoup de son caractère unique à son patrimoine architectural lié à Ronald Johnmcneill, Personnage qui deviendra le premier Baron de Cushendun en 1927. Celui-là même qui avait prévu de développer le village en 1912, grâce au concours de l'architecte Clough Williams-Ellis, et, qui conçut l'agencement de la place du village (agrémentée de sept maisons). La mission comprenait également une salle publique qui n'a jamais été achevée. Plus tard, en 1923, l'architecte a été une nouvelle fois chargé de la conception des Mauds Chalets et du Glenmona Chambre... L'endroit est à visiter, tant il est magnifique de découvrir, après une longue route en voiture, ce village bâti à flanc de falaise ; en fin de compte situé "au bout du monde", tout au Nord, face à une Ecosse seulement distante par la mer de 13 kilomètres...
Le site offre d’innombrables possibilités de séjour ou de restauration (locations, B&B, Caravan Park, pubs…), des possibilités de pêcher le saumon, de se balader à pied, ainsi que d’explorer les grottes avoisinantes. Des artistes tels que Maurice Wilkes, Deborah Brown et Charles Mcauley furent inspirés par la beauté de cette cité.

Copyright luc pottiez . com

 

Repost 0
Published by lpzpictures - dans Tourisme
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 20:08

L'archipel d'Aran, qui compte trois îles, est desservi par une ligne de ferries qui opèrent depuis Rossaveal, localité située à quelques kilomètres au nord de Galway. On dit de l'endroit, que c'est le seul lieu au monde où des hommes ont élevé autant de murets (sur une longueur totale de 12 000 km). Les parcelles de terrain, protégées des vents par ces murettes, constituent une gigantesque mosaïque. Ces terres étaient jadis fertilisées grâce à un mélange de sable et d'algues (humus) répandu sur le sol. C'est sur ces substrats que la culture de la pomme de terre a été possible. Bien qu'attaqué par le mildiou, lors de la grande famine de 1845-48, cet aliment de base, de la population irlandaise, était à l'époque, avec le produit de la pêche, très précieux pour la survie sur les îles. Aujourd'hui, ces parcelles de terre sont essentiellement réservées à l'élevage. Les terres en bordure de mer sont dépeuplées de bestiaux, trop de chutes accidentelles d'animaux y étant à déplorer. Nos remerciements vont à John pour ses précieuses informations fournies sur l'île et le bien sympathique tour réalisé, en sa compagnie, en carriole...


La rudesse de l'endroit, la religion, la gentillesse et la drôlerie des habitants nous fait comprendre l'attrait extraordinaire que ces terres désolées, battues par la tempête, exercent sur nous, visiteurs.

 

A propos du pull irlandais...

 

On le trouve en différentes boutiques sur les îles d'Aran, et, un peu partout ailleurs en Irlande, dans des centres touristiques dédiés à l'artisanat et bordant, entre autre, les routes du Connemara... Doté d'une laine "grasse" épaisse et écrue, d'un col rondet d'un maillage très serré, le pull irlandais était à l'origine le vêtement que portaient autrefois les pêcheurs, pour se préserver du froid et de l'humidité. Les techniques de confections artisanales enfaisaient ainsi un pull tout à fait adapté pour évoluer dans des milieux caractérisés par de faibles températures. Les maillages (points) pouvaient varier d'un pull à l'autre, présentant tantôt des torsades, tantôt d'autres motifs. Ces variantes servaient à l'époque à distinguer les différentes familles de pêcheurs, à la façon d'un étendard (bannière). Le pull irlandais est aujourd'hui un produit fortement plébiscité en Irlande, et est aujourd'hui devenu un produit incontournable pour les visiteurs. Reconnu pour la qualité de sa laine exceptionnelle, ce vêtement s'arrache désormais à prix d'or et serait même devenu un "produit de luxe". Comptez 60 à 100 € environ dans les magasins spécialisés pour trouver un pullirlandais de qualité. (Même si le prix peut sembler assezélevé, les vendeurs le justifieront en rappelant qu'ils'agit d'une laine pure et vierge, soit une matière aujourd'hui très onéreuse). Ne manquez pas de l'essayer auparavant : il faut absolument être à l'aise dans ce genre de vêtement (précisons toutefois que ce type de pull s'adresse aux individus appréciant les vêtements produits de façon artisanale : la laine "sent fort", et peut parfois gêner si vous n'êtes pas adepte de ce genre d'odeur animale). Pour les continentaux ne pouvant pas se rendre dans l'immédiat en Irlande, notez qu'il est également possible d'acheter un pull irlandais en France, Belgique,... Dans les magasins spécialisés ou par correspondance (de nombreux magasins irlandais possèdent un site Web et proposent l'expédition de leurs produits).


A voir en DVD...

 

L'homme d'Aran, le film de Robert O'Flaherty, dont la première fut projetée à Londres en présence des îliens, a été tourné de 1932 à 1934 sur Inishmore.

Le film, d'une durée de 80 minutes, décrit la vie d'une famille de pêcheurs.


Repost 0
Published by lpzpictures - dans Tourisme
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 20:01

 

 

Le Joyce Country désigne une région à cheval sur les comtés de Galway et de Mayo, dans l’Ouest de l’Irlande, au Nord du Connemara ; son nom est intiment lié à celui de la rivière Joyce qui s’écoule entre les Loughs de Mask et de Corrib (plus grand lac d’eau douce d’Irlande), et, les villages de Leenane et Maum.

Leenane, située en bordure de la R336, est une petite bourgade nichée au sortir d’un écrin de verdure, en venant par la route de Clifden, non loin à l’Est du fjord de Killary Harbour. Sur le côté gauche de la route, se trouvent un centre culturel, qui propose une exposition permanente sur le thème de la laine et des moutons, des magasins et des débits de boissons.

En continuant la route tout droit ; à 15 minutes de là…

C’est là-bas, dans cette zone entre autre désertée par sa population, lors de la grande famine de 1845-48, que s’étend le seul fjord d’Irlande, le Killary Harbour. Ce bras de mer, large de plusieurs centaines de mètres, sépare le comté de Galway de celui de Mayo ; il est déjà visible sur la gauche et depuis une route, fraîchement réasphaltée, en venant du Sud, depuis les hauteurs montagneuses. De cet endroit, même, sont spectaculaires, tant la variété des paysages accidentés qui s’offrent aux voyageurs, que le développement de la petite industrie de la pisciculture ou celui du tourisme. L’endroit mérite, à notre humble avis, qu’on y consacre une journée de son temps en Irlande, et, qu’une fois rentré au pays on se replonge dans son histoire sociale riche en évènements tragiques…

A mi-distance de l’embouchure du Fjord et de sa terminaison, en amont ; le temps d’une mini croisière…

En fonction de la saison, la compagnie Killary Cruises, dirigée par Colm Gavin, propose d’innombrables possibilités de départ en mini croisière. Durant l’heure et demi que dure la navigation, il sera loisible à tout un chacun, petits et grands, de boire ou de se restaurer à bord, tout en navigant lentement devant les montagnes ou les fermes d’élevage de saumons et de moules qui s’offrent au regard des visiteurs de passage. Loutres et dauphins peuvent également parfois s’inviter lors des excursions. Dès lors, une bonne paire de jumelles pourrait s’avérer précieuse à l’occasion de vos déplacements nautiques…

Faisant irrésistiblement penser à la Norvège, le fjord étroit de Killary Harbour, péjorativement appelé de la sorte, puisque probablement non originaire de la fonte d’un glacier, est long de 15 kilomètres, profond de 45 mètres et bordé de montagnes sur lesquelles sont encore apparents les stigmates (stries verticales) liés à la culture de la pomme de terre. Le rivage est magnifique, avec de nombreuses petites criques et des villages abandonnés, touchés par la bien triste famine du milieu du xixe siècle et qui décima plus d’un million d’Irlandais.

En matière de restauration, de logement et de randonnées, vous aurez l’embarras du choix...

Transformé en petit hôtel de luxe, et, dès l’origine magnifiquement implanté en bordure d’une grande étendue d’eau, sur un territoire de plusieurs dizaines d’hectares, dans les années 1930, par un riche propriétaire foncier local, le Delphi Lodge mérite, entre autre, le détour pour la pratique de la pêche (cours possibles), pour le logis, ou pour la table (mini restauration possible: toastes au saumon ou confiture maison / café - thé à moins de 20 € pour deux).

Contraste…

A deux pas de là, le Chemin de la Famine (Famine Track), construit après la Grande Famine, en 1849, a fourni du travail à une part importante de la population du Connemara. Cette route sinueuse et vallonnée qui mène, plus au Nord, à Westport et à la montagne Saint-Patrick (Croagh Patrick / ‘The Reek’, en forme de cône), traverse des espaces gigantesques qui s’apparentent, à s’y méprendre, à l’Ecosse, ou, plus particulièrement, à ceux qu’on rencontre sur l’Ile de Skye...

 

Copyright luc pottiez . com

Repost 0
Published by lpzpictures - dans Tourisme
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 19:50

L'espace extérieur et le mémorial sont ouverts tous les jours de la semaine et libres d’accès.

Compter minimum une heure et demi pour la visite du site…

 

Le domaine de Beaumont-Hamel, situé sur la D73 reliant les communes de Thiepval à Auchonvillers, s'étend sur une superficie de +/- 30 hectares.

Après achat, au sortir de la Première Guerre mondiale, par l'aumonier régimentaire Tom Nangle, grâce à des fonds recueillis en grande partie par des Terre-Neuviens, le terrain fut réaménagé en 1960. Il demeure à ce jour pleine propriété du Newfoundland et Labrador, province canadienne dont dépend Terre-Neuve. Cette île, d’une superficie de 115.220 kilomètres carrés (3 fois la surface de la Suisse ; 4 fois celle de la Belgique), située au Nord-Est du fleuve Saint-Laurent, à même latitude que Nantes-Paris-Anvers, vit partir au combat, vers les Dardanelles (Gallipoli) et ensuite en France (mars 1916), plus de 6.000 de ses hommes ; 1.305 ne revinrent jamais au pays.

 

Ce lieu de mémoire est consacré pour bonne part à ces Terre-Neuviens-là.

 

La visite commence en sous-bois par le monument dédié à la 29è division de l’Empire britannique, dont faisaient partie les soldats terre-neuviens.

 

Plus en avant, à quelques pas de là, du haut de son promontoire, un caribou de plus de 2 mètres de hauteur, dont l'effigie est présente sur la monnaie canadienne (25 cents), tout en étant le symbole du grand nord canadien, et, de Terre-Neuve particulièrement, surplombe une table d’orientation représentant la position des armées en présence. De là même où, à cette époque reculée, s’élancèrent, entre autres, les troupes terre-neuviennes, le 1er juillet 1916, après que l’explosion de mines (fourneau de mine) ait sonné le coup d’envoi de l’offensive, en même temps qu’elle faisait voler en l’air, au moyen de ses 18 et 27 tonnes de TNT, les positions allemandes de Hawthorn Ridge (crête des aubépines) et de Redout Mine, à Beaumont Hamel. Il était de 7H20 à 7H28 ; soit pour la dernière explosion, deux minutes précises avant l’heure (‘Z’éro) du déclenchement des hostilités proprement dit.

 

Au pied de la butte figurent 3 plaques sur lesquelles sont inscrits les noms des 814 Terre-Neuviens demeurés sans sépulture ; ceux-ci représentant à eux-seuls soixante pour cent des effectifs morts au combat ou décédés en mer (marine).

 

Le domaine en lui-même est resté en l’état depuis la Première Guerre mondiale, même si les années et la végétation ont contribué quelque peu à éroder, combler… tranchées, boyaux de communication, abris, et autres trous de bombes ou d’obus… Pour l’heure, une quinzaine de moutons errent en semi-liberté et assurent l’entretien du domaine, en même temps qu’un circuit bétonné permet de circuler aisément sur le site qui compte également un petit cimetière militaire en contrebas.

 

C’est à la mi-novembre 1916, soit, après quatre mois et demi de féroces combats dans la région, que la 51è division britannique parvient à prendre les positions allemandes de Beaumont-Hamel.

 

Un monument à la gloire des Highlanders écossais est érigé, non loin et en hauteur de la ravine en "Y", à l'extrémité Sud-Ouest de la propriété. En son sommet, un Ecossais, la jambe fléchie, se tient là, surplombant deux lions, comme pour rappeler aux passants que les positions allemandes lui faisaient face... Mais, aussi, sachant qu'il se trouve non loin de lui, dans le prolongement du regard, un autre monument, moins prestigieux cette fois, mais, tout aussi symbolique : une croix celtique sculptée dans le bois et symbolisant le sacrifice des officiers, sous-officiers et hommes de troupe de la 51è division ayant combattu à "High Wood".


* * *

 

La première journée de la Bataille de la Somme, le 1er juillet 1916, détient le triste record de la journée la plus sanglante pour l'armée britannique, avec 58.000 victimes dont 19.240 morts. En l'espace d'une demi heure, l'effectif du Bataillon des Terre-Neuviens passe de 802 à... 68 hommes.

 

En  ce qui concerne la Bataille de la Somme, il s'agit là d'une, voire de la confrontation la plus meurtrière de l'histoire humaine (hors victimes civiles) avec, parmi les belligérants, environ 1.060.000 victimes, dont approximativement 442.000 morts ou disparus.

 

 

Durant la Grande Guerre, les pertes britanniques, en ce compris les colonies, s’élevèrent à elles-seules à 1.200.000 tués et disparus.

 

Pour la France : 1.393.000

Pour l'Empire allemand + Autriche-Hongrie : 1.950.000 + 1.047.000

 

Pertes humaines reportées au nombre d’hommes actifs

 

10,5 %  France
  9,8 %  Allemagne
  9,5 %  Autriche-Hongrie
  5,1 %  Royaume-Uni


Chargé de symbolique...

 

Chargé de symbolique...

Monument au bas duquel figurent les noms des 820 Terre-Neuviens ayant servi dans le bataillon d’infanterie, ainsi qu’au sein de la marine royale et de la marine marchande, et, n'ayant pas de sépulture connue.

 

Un Highlander, le regard fixé en direction de l'ennemi d'hier... Un Highlander, le regard fixé en direction de l'ennemi d'hier...

Tranchées et trous d'obus... Tranchées et trous d'obus...
Sépulture visible dans le petit cimetière à côté de la ravine en "Y" Sépulture visible dans le petit cimetière à côté de la ravine en "Y"

Les trois cimetières britanniques : du ravin en Y ; de Hunter et n° 2 de la crête de Hawthorne furent aménagés pendant la guerre, après le repli allemand de mars 1917 sur la ligne Hindenburg, située un peu plus au nord. Le cimetière Hunter offre la particularité d’avoir été aménagé dans un grand trou d’obus.

Les mines...

La mine explose à 7h28, heure "Z"... La mine explose à 7h28, heure "Z"...

Le cratère de La Boiselle compte 420 000 mètres cube de terre déplacée, pour 300 mètres de circonférence et 40 mètres de profondeur...

 

Pour information...

Le LOCHNAGAR CRATER MEMORIAL fait l'objet d'une cérémonie du souvenir, tous les 1er juillet à 7H30 du matin. A cette occasion, des milliers de coquelicots sont alors jetés au fond de l'entonnoir...

 

Le point de l'explosion (mine) en haut à gauche... Le point de l'explosion (mine) en haut à gauche...

Position des armées, le 1er juillet 1916

En bleu, les lignes allemandes...

La rivière Ancre divise, par son tracé courbé, les lignes de défense des deux armées (arrondi de 3 à 6 heures)...

 

Les gueules cassées


Le défilé de la victoire, 1919

Par Jean Galtier-Boissière

 

La Grande Guerre a laissé entre 10.000 et 15.000 démobilisés défigurés, certains d'entre-eux n’ayant même plus de lèvres ou de mâchoire pour retenir leur salive. Ces "gueules cassées" constituent un des pires héritages de la guerre 14-18. Pour ces jeunes hommes, toute réinsertion au sein de la société de l’après-guerre allait être très difficile, alors que, sur le champ de bataille, ils avaient déjà perdu une part de leur identité. Mais aussi... Aux épreuves morales eurent à s'ajouter de dramatiques problèmes matériels ou professionnels, alors que se profilaient déjà les difficultés économiques des années 1920... guère propice à l’embauche de mutilés...

ATTENTION !

Les images présentes, à l'adresse suivante (YouTube), pourraient choquer les plus sensibles...

http://www.youtube.com/watch?v=mvWno7l1dcc&NR=1

 

Effectifs mobilisés

La guerre de 14-18 vit s'affronter +/- 65 millions de soldats, parmi lesquels on compte : 12 millions de Russes ; 11 millions d’Allemands ; 8,9 million de Britanniques ; 8,4 million de Français ; 7,8 million d’Austro-Hongrois ; 5,6 million d’Italiens, 4,3 million d’Américains ; 2,8 million de Turcs et 1,2 million de Bulgares… Sans oublier les soldats recrutés au sein des colonies françaises et anglaises.

Mais également...

Côté français, la guerre de 14, c'est :

30 à 40.000 mutins ; 554 condamnations à mort prononcées ; 45 fusillés...

 

 

Docmentaire de l'Office National du Film du Canada


Nos remerciements vont en direction du personnel rencontré sur les différents sites visités, et, qui a contribué à la bonne réalisation de ce reportage.

 

 

 

Copyright 2011

www.lucpottiez.com

 

http://fermedelacroixrouge.fr/

Repost 0
Published by lpzpictures - dans Histoire
commenter cet article

Présentation

  • : lpzpictures sur overblog
  • lpzpictures sur overblog
  • : dans le futur, ce blog s'efforcera, au gré du temps et des opportunités qui s'offriront à leur concepteur, de vous tenir informés sur des sujets qui, espérons-le, retiendront votre attention tant, par la diversité des thèmes proposés, que dans la manière dont ils seront traités ou soumis à votre critique...
  • Contact

MERCI !

A vous, de passage...

Merci de vous êtes arrêté(s), le temps d'un instant, sur mon blog...

A voir : www.horizon14-18.eu !

Recherche

Pages

Catégories